Vendredi 13 août 2010 5 13 /08 /Août /2010 08:00

lumiere-du-detroit.jpg

lumiere.jpg

Titre : La lumière du détroit

Titre original : Kaikio no Hikari (海峡の光)

Auteur : Hitonari Tsuji

Origine : Japon

Traduction : Corinne Atlan

Date de publication au Japon : 1997

Date de publication en France : 2003

Editeurs Français : Mercure de France & Folio

 

 

Résumé : Saito travaille en tant que surveillant dans la maison d'arrêt d'Hakodate qui propose des cours d'entrainement naval aux prisonniers les plus méritants. Parmi eux se trouve Hanai, un camarade de classe qui avait terrorisé Saito 18 ans plus tôt. Cette fois les rôles sont inversés mais Hanai a-t-il reconnu son ancien souffre douleur ?

 

Note : Hitonari Tsuji est un romancier, réalisateur et chanteur de Rock japonais. "La lumière du détroit" est son deuxième roman et a reçu le prestigieux prix littéraire Akutagawa en 1996 au Japon. L'auteur vit actuellement à Paris.

 

 

 

 

Critique : Hitonari Tsuji a réussi avec ce court roman à mettre en avant les problèmes que traversent la société contemporaine japonaise à travers le destin de ces deux hommes que sont Hanai et Saito. Ce mélange entre le passé et le présent ammène une construction narrative vraiment intéressante notamment par l'emploi de nombreux flashbacks.
On ne cesse de se poser la question : Qui est le maître ? Qui est l'esclave ? Rien n'est évident d'autant plus lorsque l'un des personnages, en l'occurence Hanai, manipule son monde sans que personne n'y remarque quoi que ce soit sauf bien sûr Saito. Tout le talent artistique de l'auteur est d'arriver à nous transposer dans la situation du personnage principal. On subit les mêmes frustrations que ce dernier, on bouillonne comme lui...On n'est donc pas neutre.
Personne ne peut réussir sa vie sans avoir exorciser les fantômes du passé. Cela pourrait être le fil directeur de cette "Lumière du détroit".  Hanai est un personnage diabolique avec un visage d'ange mais cachant un être destructeur. Toutefois il n'est là que pour justifier le face à face de Saito face à lui même, face à son histoire.

Ce duel devient obsessionnel et n'est finalement que la raison d'être de Saito. Tout ne semble être que mirage tant qu'il n'aura pas réussi à régler ses comptes.  
Il s'agit également de mettre en avant certains maux du monde actuel japonais tels que l'"Ijime" qui signifie l'exclusion et les brimades que peuvent subir certains écoliers vis-à-vis d'un groupe dominant. Un phénomène malheureusement trop étendu. L'auteur règle aussi au passage ses comptes avec le crédo du profit à tout prix et qui voit la fin de certains transports représentés ici par cette ligne navale entre Honshu et Hokkaido. Le tout est accompagné d'une véritable sensibilité qui parfois doit être creusé par le lecteur pour en apprécie toute la saveur.

La fin est assez étonnante mais logique et véritablement efficace ! On comprends alors mieux ce récit à l'aune de cette nouvelle lumière.  

Par Kochipan - Publié dans : Littérature/Lecture - Communauté : ASIA
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Asian Sounds

asiansounds

Kochipan Advertise

Kochipan advertise

Plumes

plume-copie-1.jpg

Partenaires

social

 

generikids.jpg

 

logo-mata-2.gif

 

hongfei

logo-nobinobi

WildSide-logo

vivrelejapon

200-40 ziyi

Présentation

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés