Jeudi 7 juin 2012 4 07 /06 /Juin /2012 08:00
mami_portraits3.jpg C'est au coeur de Paris que l'artiste Mami Kiyoshi a posé ses bagages. Elle immortalise notamment les personnes qu'elle rencontre au gré du hasard à travers des photographies qui s'illustrent tels des portraits fantaisistes. Son talent fut récompensé par de nombreux prix qui ne demandent qu'à se confirmer à travers les yeux du grand public. Alors que les Boutographies de Montpellier vont prendre place, la photographe a accordé une interview à Kochipan...

 

Pour les lecteurs de Kochipan qui feraient votre connaissance aujourd'hui pouvez-vous vous présenter ?

Je suis photographe, née à Saitama au Japon. Je suis venue à Paris en 2010. Je réalise un projet de portraits qui s'appelle "New Reading portraits" depuis 2003. Je photographie diverses personnes qui répondent à mon annonce chez elles ou à leur lieu de travail.

Comment vos pas vous ont-ils conduit du Japon vers la France ?


Je souhaitais travailler en Europe depuis quelques années. J'ai finalement réussi à obtenir une bourse du gouvernement japonais pour réaliser mon projet artistique.


mami_portraits2.jpg


Y-a-t-il des artistes qui vous ont particulièrement donnés l'envie de suivre le chemin que vous avez parcouru jusqu'à présent ?

C'est difficile à dire des noms d'artistes en particulier mais j'ai étais influencée par des films et des tableaux plus que des photos. J'aime les peintures du Moyen âge.


mami_portraits4.jpg

En janvier dernier le public parisien a pu découvrir votre travail "New Reading portraits" à la Cité internationale. Comment vous est venue l'idée de cette exposition ?

Depuis mon arrivée en France, j'habite à  la Cité Internationale des Arts. C'est une résidence pour les artistes grâce à laquelle j'ai eu de nombreux avantages et eu également beaucoup de rencontres. Je voulais y exposer des travaux que j'ai réalisés en Europe.

Vos photographies oscillent entre poésie et réalisme. Finalement comment décririez vous votre univers artistique ?

J'aime faire la mise en scène, c'est mon style. De plus, je préfère travailler avec des personnes ordinaires plutôt que des mannequins. Comme vous l'avez remarqué, mon approche a deux aspects; celui du documentaire et celui de l'imaginaire.


mami_portraits1.jpg


Parmi les multiples rencontres que vous avez faites pour ces portraits quelle est celle qui vous a particulièrement marqué ?


C'est difficile à choisir, car j'ai toujours un souvenir particulier de chaque portrait. Ce projet m'a apporté de précieuses rencontres.


Dans chacun de vos tableaux on peut immédiatement se rendre compte de la part dominante de la personnalité d'un individu que vous souhaitez mettre en avant. Comment s'opère ce choix et comment décelez-vous les différentes facettes de ces personnes ?


Normalement, c'est moi qui décide de l'espace et des objets, mais je suis à l'écoute des souhaits de chaque personne et je les adopte autant que possible. Pour ce projet, Il faut compter deux jours pour chaque prise de vues. Le premier jour, je vais à leur domicile et j'écoute les éléments de leur vie pour composer le portrait. Le deuxième jour, je prends la photo. Cela prend au moins 4 heures pour préparer car je déplace leurs meubles et leur objets à partir de mon imagination.
Je ne pense pas que mon travail exprime toutes les facettes de chaque personne. Ce que j'exprime à travers la photo n'est qu'une partie de ce personnage, je compose le portrait à partir de ce que le modèle m'a raconté. On ne sait pas si ce que la photo montre est une vérité ou pas. Je pense qu'il n'est pas nécessaire que cela soit la vérité. Je souhaite faire un portrait idéal. Je m'intéresse à l'Histoire. Celle-ci est toujours racontée par quelqu'un, parfois ce sera un mythe, un conte ou une anecdote. La photographie me permet de sonder les personnalités et leur environnement et de recréer des histoires. J'essaye ainsi que les modèles ressemblent aux bouddhas, aux dieux primitifs ou aux héros.


Le rapport de la personne à la photographie est-il le même en Europe et au Japon ?

Avant mon arrivée en Europe, je pensais que quelque changement m'y porterait, mais en fait je trouve que ma façon de faire n'a pas changé. Bien sûr, il y a une différence entre l'Europe et le Japon; la culture, le visage et notamment la langue, le français est encore compliqué pour moi. Néanmoins ce que les gens vivent est principalement la même chose.
D'ailleurs si je fais mention de mon projet, les européens sont plus ouvert pour les étrangers que les japonais. Chez nous ils n'aiment pas beaucoup accueillir des personnes qu'ils ne connaissent pas. A mon avis, c'est une raison pour laquelle le système comme 'couchsurfing' et les échanges d'appartement pendant les vacances ne marcheront pas au Japon.


mami_theatre1.jpg

Vous avez remporté l'année dernière le prix Arte L'art et la ville. Quel impact a eu cette récompense sur votre travail et pouvez-vous nous parler un peu plus du "Théâtre avec un tissu" ?

J'ai réalisé cette série dans le cadre du concours « PRIX ARTE / L'art et la ville». Le thème des oeuvres était l'art public au sein des villes nouvelles de la région Ile-de-France. Je ne pouvais pas penser à prendre des photos sans la mise en scène donc j'avais besoin de trouver mon protocole dans ce cadre. Quand j'ai visité les villes pour élaborer mon projet, j'y ai ressenti beaucoup de vie. Pour créer une nouvelle ville, les gens exploitent une terre, construisent une maison, élèvent une famille et ainsi fondent une communauté, traversée de vie et de drame. J'ai imaginé l'origine de Paris, à l'époque de la Gaule romaine. Il y a deux mille ans, les gens exploitaient cette terre et posaient les bases du futur Paris. Lorsque je me suis aperçu que plusieurs oeuvres d'art, notamment d'architecture, étaient autant de vestiges de cette époque, et que l'Idée d'une histoire de l'humanité qui se répète et continue, s'est illustrée. J'ai préparé des tissus de cinq mères et visité les villes et placé mon appareil photo devant ces oeuvres d'art ; j'ai alors adressé la parole aux habitants et leur ai demandé de faire renaître l'époque de la Gaule romaine en portant un simple morceau de tissu. C'est ainsi un voyage dans le temps qui s'est opéré. Mon approche est bizarre et un peu ridicule, malgré tout, il me semble que les modèles s'intéressaient à mon projet et que heureusement les jurys aussi l'estimaient. J'ai eu beaucoup de plaisir pendant la prise de vues. Grace à ce projet, J'ai trouvé d'autres possibilités pour mon travail.


mami_theatre2.jpg

Qu'est ce que votre passage en France vous aura apporté dans votre construction artistique ?

Il m'a déjà apporté la découverte de l'autre culture, beaucoup de chances pour développer mon travail et des rencontres avec des gens et le temps pour réfléchir plus pronfondément... Grâce à mon passage en France, je continuerai ma vie artistique avec grand courage.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre carrière et avez-vous un message pour les lecteurs de Kochipan ?

Je vraiment suis ravie de pouvoir vous montrer et parler de mon travail. Il me semble que la France et le Japon s'intéressent à l'un et à l'autre au niveau culturel. Mon exposition va bientôt démarer à Montpellier,. « New Reading Portraits» fut sélectionné officiellement par le festival photographique « Les Boutographies ». Je visiterai la ville et continuerai mon projet pendant le festival. Je souhaite continuer le projet « New Reading Portraits» durant toute ma vie dans le monde entier.Si vous êtes intéressés n'hésitez pas à me contacter par le biais de mon site.

 

Photos © Mami Kiyoshi

© Interview réalisée par E-mail - Kochipan (Juin 2012)


Un grand merci à Mami Kiyoshi pour avoir accepté cette interview ainsi que pour son accueil

Site officiel de Mami Kiyoshi

 

Festival Boutographies du 9 au 24 juin 2012

Par Kochipan - Publié dans : Interviews - Communauté : L'univers de l'asie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Asian Sounds

asiansounds

Kochipan Advertise

Kochipan advertise

Plumes

plume-copie-1.jpg

Partenaires

social

 

generikids.jpg

 

logo-mata-2.gif

 

hongfei

logo-nobinobi

WildSide-logo

vivrelejapon

200-40 ziyi

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés