Samedi 26 mai 2012 6 26 /05 /Mai /2012 08:00
chatbonheur L'artiste chinoise QU Lan a réussi en deux publications à se faire connaître mais surtout apprécier du public français. Artiste aux multiples talents, c'est à l'occasion de la sortie du "Chat bonheur" que Kochipan a pu la rencontrer lors du Salon du Livre de la Jeunesse de Montreuil en décembre dernier. Une très belle entrevue à découvrir aujourd'hui...

 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Kochipan qui feraient votre connaissance aujourd'hui ?

Bonjour, je m'appelle Qu Lan. Je viens de Chine. Je suis en France depuis bientôt 10 ans.

Comment vos pas vous ont-ils conduit de la Chine vers la France ?

Après mes études aux beaux arts, j'ai eu l'occasion de faire un stage en France à Angoulême. Après ces 3 mois de stages j'ai obtenu un CDI et je suis donc restée.

Y-a-t-il des artistes qui vous ont particulièrement donné l'envie de faire le métier que vous faites aujourd'hui ?

Concrenant l'illustration c'est surtout Rebecca Dautremer. J'aime beaucoup ce qu'elle fait.
Durant quelques années j'étais dans le design. Je voulais vivre de mon art, c'est pour ça que j'ai trouvé une voie intermédiaire entre graphisme et beaux arts. Ce fut donc l'illustration.

Vous avez pu rencontrer votre public l'hiver dernier au Salon du livre de la Jeunesse à Montreuil. Que représente pour vous un tel événement ?

Je souhaitais faire connaître mon album qui est mon premier livre jeunesse. J'avais déjà publié un album qui était un carnet de voyage mais c'est un autre style. Je souhaitais voir si mon style d'illustration peut plaire aux enfants et puis comment les lecteurs perçoivent mon travail.

Comment avez-vous été ammenée à travailler sur le personnage du Manekineko, personnage très connu du folklore japonais ?


Tout d'abord j'aime beaucoup les chats. Le chat bonheur est donc un conte japonais. Je trouve que la culture japonaise est assez proche de la culture chinoise. On est de même tradition. Je ne me sens pas étrangère en ayant illustré une histoire japonaise.

Y-a-t-il des éléments qui vous ont inspirés pour écrire cette histoire ?

Oui je me suis inspirée d'une des légendes du chat porte bonheur. Il y a plusieurs versions mais celle présentée pour cet album me touche particulièrement.

Vous avez mené de front l'ensemble du projet à la fois sur l'écriture et sur l'illustration. Qu'est ce qui vous a ammené à réaliser l'ensemble de l'album ?

Je ne suis pas Française à l'origine et écrire en français ce n'est pas si évident. Heureusement j'ai reçu l'aide de mon mari. J'ai écrit tout d'abord à ma façon l'histoire et il a ensuite recomposé pour que cela soit plus français. J'ai mené de front l'ensemble de ce projet car j'ai pensé en être capable. Je pense savoir raconter les histoires avec notamment le rythme et la maîtrise des éléments. Il me manque peut être un certain niveau en français.
Au niveau de l'illustration du fait de mon parcours aux Beaux-Arts je maîtrise le style réaliste que l'on peut remarquer à travers cet album.

Vous avez évoqué dans cet entretien les liens culturels qui unissent la Chine et le Japon. Quelle perception ont justement les Chinois sur le personnage de Manekineko ?


C'est un personnage très populaire en ce moment en Chine. On en voit partout : dans les boutiques, les restaurants...On pense que cela apporte non seulement le bonheur mais aussi la fortune.

Quel regard portez-vous sur la littérature jeunesse actuelle en Chine ?

De ce que j'ai vu il n'y a pas autant d'albums qu'ici mais les parents chinois sont prêts à payer beaucoup de choses pour leurs enfants. Il y a un véritable marché à exploiter là-bas. Il y a néanmoins de très beaux livres mais dommage que cela soit limité. A ma connaissance il n'y a pas de salon dédié comme le salon de la littérature jeunesse à Montreuil.

En dehors du Japon vous avez emmené vos lecteurs pour un très beau voyage dans votre région le Jiangnan, en Chine. Comment est né ce carnet de voyage ?

Ce genre de livre n'existe pas en Chine. Quand je suis venue en France je suis tombée sous le charme des carnets de voyage. J'aime beaucoup les acquarelles accompagnées de textes poétiques. Je souhaitais en faire et c'est ainsi qu'est né ce projet. Je voulais présenter ma région qui possède des lieux connus comme Shanghai mais qui recèle également d'endroits méconnus comme des petits villages qui possèdent beaucoup de charme.

En regardant vos différents travaux on s'aperçoit qu'il n'y a pas un style QU Lan mais plusieurs. Comment oeuvrez-vous dans ces différents univers ?

Je commence tout juste ma carrière d'illustratrice. Avant j'étais plutôt graphiste ou peintre. Je trouve que les albums jeunesse sont pour moi un espace de liberté et je pense continuer dans cette voie.

Après bientôt 10 en France qu'est ce qui vous aura particulièrement marqué notamment sur votre travail ?

Tout d'abord ici je me sens très libre. Je me suis mariée avec un Français et donc je suis encore plus attachée à cette terre.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre carrière ?


J'ai plusieurs projets que je souhaiterai voir aboutir notamment un album jeunesse. Cette fois ce sera une histoire chinoise.

© Interview réalisée en décembre 2011 - Kochipan


Merci à QU Lan pour son accueil et pour avoir accepté de répondre aux questions de Kochipan
Merci également à Brigitte Gautrand des éditions Flammarion pour avoir rendu possible cette interview
Merci enfin à Julie Marchand pour son aide


Site officiel de QU Lan

Par Kochipan - Publié dans : Interviews - Communauté : Asi@
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Cinéma Chinois

festivalchine

Asian Sounds

asiansounds

Kochipan Advertise

Kochipan advertise

Plumes

plume-copie-1.jpg

Partenaires

social

 

generikids.jpg

 

logo-mata-2.gif

 

hongfei

logo-nobinobi

WildSide-logo

vivrelejapon

200-40 ziyi

Présentation

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés