Mercredi 26 janvier 2011 3 26 /01 /Jan /2011 08:00
raikahiromeiji

Mettez vous à l'aise et préparez vous à déguster un bon moment de convivialité mélodique avec le duo Raika Hiromi*Eiji. C'est une belle évasion que nous proposent les deux artistes japonais avec des tonalités provenant de différents styles musicaux permettant ainsi une véritable accessibilité tout en proposant des chansons de qualitées. Raika Hiromi la guitariste et chanteuse de ce projet a bien voulu répondre à nos questions...

Quels furent vos débuts dans le monde musical et qu'est ce qui vous a donné envie de commencer une carrière musicale ?

Quand j'avais 14 ans, j'ai formé un groupe rock avec mes amis. J'avais pour rôle de jouer de la guitare électrique et nous avons fait des reprises de chansons du groupe "Princess Princess". Après quelques mois, j'ai commencé à écrire des chansons car nous avions le désir de jouer nos propres chansons. C'était la première fois, j'ai ressenti une grande joie à travers l'écriture de chansons ce qui m'a décidé à vivre pour la musique.

Comment avez vous choisi le nom de votre duo ?

Eiji est mon partenaire musical. Quand la chanson "Kurochou" est sorti, je voulais que son nom soit reconnu par tous les gens à travers le monde. C'est pourquoi j'ai tout simplement rajouté son nom.

Comment s'est déroulée la rencontre avec Eiji ?

Je l'ai rencontré il y a 4 ans sur internet. A cette époque j'étais en train de continuer à écrire des chansons mais j'étais en train de lutter pour créer la musique de la manière dont je voulais que cela soit. Il a vu mon message en ligne car j'étais en train de chercher un chanteur et nous nous sommes envoyés nos propres démos. Il a beaucoup aimé "Kurochou" et "My Road again" que je lui avais transmis. Nous avons ensuite commencé à enregistré ces chansons ensemble.

raikahiromipic1

Vous avez sorti votre premier mini-album en mars de l'année dernière. Comment avez vous travaillé sur celui-ci et quelles sont les évolutions par rapport à votre single sorti en 2009 ?

Eiji met en place les instruments sur les mélodies que je compose. Ensuite nous les enregistrons au studio d'Eiji. "Kurochou" fut ma chanson préférée et je l'ai vraiment adoré pendant des années. C'était un rêve très précieux pour moi de pouvoir partager cette chanson avec les gens à travers le monde. C'est pourquoi ce fut la première chanson à être sorti.
Alors que nous étions en train d'enregistrer quelques chansons, nous avons senti que ce mini-album était en train de prendre une tournure jazz. Nous avons donc décidé de sortir "Hajimarino-Uta" en tant que single et non dans le mini-album car nous avons pensé que c'était de la musique rock. Je pense que le mini-album a une meilleur sonorité que le single "Hajimarino-Uta" car nous avons passé plus de temps pour ce mini-album.

miniAlbum(300-300)

A travers vos chansons nous pouvons ressentir comme un invitation à un voyage à travers un large monde musical (Rock, Pop, Folk, Jazz...). Comment décririez vous votre style musical et y'a-t-il des artistes qui vont influencé de cette façon ?

Je suis vraiment très contente et reconnaissante que vous ressentiez ce genre de choses à travers mes chansons. Le premier CD que j'ai acheté fut "Delicious" des Dreams Come True que j'aime vraiment beaucoup. Tout particulièrement les albums solos de Miwa Yoshida qui sont mes albums favoris. Après avoir écouté de la musique étrangère, je fus vraiment sous le choc avec Janis Joplin. Je fus profondément influencée par sa musique et sa vie. Après que je sois devenus plus intéressée dans différents types de musique : Blues, Jazz, Tango Argentin je fus également intéressée par la chanson française. Tout particulièrement Damia et Edith Piaf qui sont parmi mes chanteuses françaises préférées. J'ai vu le film "La môme" qui est sorti en 2007. J'ai trouvé que c'était un très grand film.

J'ai eu un choc également avec les Pink Floyd et King Crimson, ce genre de musique rock progressif. J'espérais faire un grand album concept comme eux un jour. C'est pourquoi j'étais très contente d'avoir pu réalisé "Kurochou". Toutefois maintenant mon implication en ce qui concerne l'écriture de chansons est en train de changer de direction et c'est pourquoi les artistes par lesquels je suis influencés sont en train de changer également. Récemment un de mes artistes préférés est John Mayer. Je regarde beaucoup ses concerts en DVD. Et mes artistes féminins favoris sont Sheryl Crow, Shelby Lynne, Joni Mitchelle et aussi Alanis Morisette. J'écoute différentes musiques quelque soit le genre. C'est pourquoi vous avez peut être ressenti cet étendu musical dans mes chansons.

Quels sont les thèmes que vous souhaitez échanger avec votre public et comment composez vous vos chansons ?

Dans de nombreux cas mes chansons prennent pour thème les choses qui sont arrivées dans ma vie, mes émotions mais aussi des affaires sociales. Quand je fais face à certaines choses, je peux écouter les mots et la mélodie qui s'harmonisent dans ma tête. Quand je ressens un flot d'émotion cela devient ensuite une chanson. Parfois cela demande de nombreuses années pour compléter une chanson.

 

 


Internet semble être une bonne façon de communiquer entre vous et votre public notamment grâce à vos vidéos accoustiques live et votre blog. Que vous ammène ce moyen de communication et quel est votre regard sur Internet actuellement ?

La raison pour laquelle je continue à utiliser Myspace pour mes activités musicales est que je veux que mes chansons puissent être écoutées par beaucoup de gens à travers le monde que je n'ai pas encore rencontrés. J'espère que mes chansons puissent devenir des encouragements pour les gens qui sont de l'autre côté de leur ordinateur. C'est pourquoi je suis tellement heureuse cquand je reçois des réponses d'auditeurs. S'il n'y avait pas Internet je n'aurai jamais pu rencontrer Eiji et s'il n'y avait pas eu Myspace, nous qui vivons au Japon nous n'aurions jamais pu avoir cette interview en France. Bien sûr il y a des choses négatives et des contreverses avec cette diffusion d'internet mais je pense qu'internet est un outil formidable avec de nouvelles opportunités.

Vous avez pu faire de nombreux concerts lives au Japon. Quels en sont vos meilleurs souvenirs et avez vous noté différents types d'ambiance ou de public entre ces différents lieux où vous vous êtes produits ?

Dans notre mini-album il y a une chanson qui s'intitule "Namonaiyoruni". Ce fut la première fois que je fis face à mon côté intérieur que je refusais de voir et cela m'a ammené de la douleur tout en écrivant la chanson. J'espèrais que cette chanson puisse aider quelqu'un qui lutte face aux serieuses affaires sociales du Japon. Je joue cette chanson à chaque concert et ce fut inoubliable lorsqu'un fan vint en larmes me serrer la main après mon concert. J'ai ressenti une grande joie et une responsabilité pour aider quelqu'un pour la première fois de ma vie.
Quand j'ai commencé à jouer dans des concerts, j'étais très nerveuse et incertaine de ce que je devais faire. Mais ces derniers temps j'en prends l'habitude progressivement et je suis plus ouverte pour communiquer avec d'autres personnes qui se produisent sur scènes. Si chaque musicien joue bien, cela sera un bon concert pour le public. J'essaye de créer une représentation très chaleureuse afin que le public soit enthousiaste.

Pensez vous jouer en dehors du Japon ?

Je n'ai aucun projet pour jouer à l'étranger mais cela sera un honneur que les Français puissent écouter notre musique à travers cette interview. Mon rêve est de laisser mon nom dans l'histoire de la musique. Afin que ce rêve devienne réalité, je veux devenir une artiste qui puisse gagner un Grammy Award. Je veux développer et avancer en tant qu'artiste qui mérite un tel prix afin d'aider de nombreuses personnes.

Quels sont vos projets et avez vous un message pour le public français ?

En ce moment nous continuons nos concerts et nous avons commencé à travailler sur notre prochain projet.
Pour conclure nous avons vraiment apprécié la personne qui nous a interviewé c'est à dire le responsable de Kochipan et les gens qui ont lu cette interview. J'aime la musique française et sa culture. Je veux visiter la France un jour. Merci beaucoup.

 

© Photos et vidéo : Raika Hiromi*Eiji

© Interview réalisée par E-mail - Kochipan (Janvier 2011)


Merci à Raika Hiromi pour avoir accepté cette interview et pour son accueil

 

albums disponibles sur Itunes

 

 
Site officiel de Raika Hiromi*Eiji 

Par Kochipan - Publié dans : Interviews - Communauté : L'univers de l'asie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Cinéma Chinois

festivalchine

Asian Sounds

asiansounds

Kochipan Advertise

Kochipan advertise

Plumes

plume-copie-1.jpg

Partenaires

social

 

generikids.jpg

 

logo-mata-2.gif

 

hongfei

logo-nobinobi

WildSide-logo

vivrelejapon

200-40 ziyi

Présentation

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés