Lundi 17 janvier 2011 1 17 /01 /Jan /2011 08:10
Juchetower Depuis sa création Kochipan s'est intéressé au cinéma japonais, chinois, Hongkongais...Il ne manquait finalement à l'appel que la Corée du Nord et pour cause. La République populaire démocratique de Corée est un pays fermé où s'y rendre relève de l'aventure (voire de l'exploit) et aucune oeuvre ou presque ne sort de ses frontières. Toutefois à l'occasion de la sortie de quatre films nord-coréen en France nous avons voulu faire le point sur le cinéma de ce pays et notamment de ses collaborations parfois très étonnantes...


A la fin de la seconde guerre mondiale, la Corée est coupée en deux avec au sud un régime pro-américaine et au nord un régime de type soviétique avec à sa tête Kim Il Sung. C'est ainsi que l'on parlera depuis de la Corée du Sud et de la Corée du Nord pour identifier ces deux zones géographiques et politiques. Dès le début de son histoire la Corée du Nord voit dans le cinéma un moyen de mettre en avant l'idéologie du pays et de servir sa dictature. Si c'est Kim Il Sung qui donne au début l'impulsion c'est bien son fils, Kim Jong il qui progressivement surveillera de très près les différents films produits. C'est ainsi que dans les années 70 il écrit un ouvrage consacré au cinéma où il expliquait comment ce medium devait intégrer le Juche (Mélange de communisme et de nationalisme nord-coréen) et devait véhiculer l'idéologie en place. Il n'est d'ailleurs pas étonnant de constater que les films nord coréens sont pour la plupart de pur produits de propagandes.
KimILsung
Si les Etats-Unis ont Hollywood, la Corée du Nord a PyongYong et ses studios de cinéma situés dans la capitale. De véritables quartiers chinois, japonais...y sont reconsitués permettant de produire toute type de film sans quitter le territoire.
Kim Jong Il, grand cinéphile (la légende veut qu'il possède une énorme collection de DVD de films occidentaux) n'hésite pas à donner des conseils aux réalisateurs, aux acteurs et parfois même donne son avis sur les scénarios (comme sur le film "Le Journal d'une jeune nord coréenne").

KimJongILréalisateur
Toutefois à la fin des années 70 le futur dirigeant nord-coréen souhaite donner une image plus moderne à son cinéma. C'est ainsi qu'il n'hésitera pas à capturer en 1978 à Hong Kong l'actrice Choi Eyun-Hee puis quelques mois après son mari le réalisateur sud coréen Shin Sang-Ok . Leur histoire est digne d'un James Bond et aurait pu faire un excellent scénario de film sauf que là l'histoire est véridique et que le couple restera prisonnier pendant quelques années en Corée du Nord.
Choi Eyun-Hee
Il s'agissait pour le régime d'avoir un réalisateur reconnu qui serve la propagande en place. Shin Sang-Ok se distinguera notamment par la réalisation du film "Pulgasari" en 1985. Il s'agit d'un film que les puristes appellent un Kaiju-Eiga (film de monstre en Japonais). Le plus connu étant sans doute la série des "Godzilla" produit par la Toho au Japon.  "Pulgasari" innove de par son sujet mais également par la collaboration avec les Japonais. Ainsi le studio Toho s'occupe des effets spéciaux tandis que l'acteur Kenpachiro Satsuma qui avait enfilé auparavant le costume de Godzilla interprête ici "Pulgasari".
pulgasari
Pour la partie japonaise aucun rapt n'eut lieu. Le film reste un OVNI Cinématographique pour la Corée du Nord. Shin Sang-Ok et Choi Eyun-Eee réussiront par la suite à s'enfuir en faussant compagnie à leurs "gardes du corps" nord-coréens durant un voyage pour le festival de Venise en 1986.
Hong Kil Dong
En dehors de "Pulgasari", la Corée du Nord s'essaya à un autre genre très en vogue en Asie à savoir le cinéma d'action comme on en trouve à Hong-Kong. C'est ainsi que fut produit "Hong Kil Dong" en 1986. Des tentatives de moderniser le cinéma nord-coréen et de lui donner un aspect exportable ce qui sera d'ailleurs le cas puisque "Pulgasari" sortia notamment au Japon.
tenzan
Cette ouverture vers l'étranger peut se remarquer aussi avec des co-productions comme l'étrange "Ten Zan l'ultime mission". Ce film sans saveur qui a pour origine l'Italie montre un PyongYang moderne à travers un film d'espionnage rocambolesque. La plupart du temps néanmoins les films étrangers tournés en Corée du Nord sont des documentaires qui doivent recevoir l'aval des autorités en place.
pyongyang movie La vitrine du cinéma en Corée du Nord serait sans doute le festival du film de PyongYang créé en 1987 sous l'impulsion de Kim Jong Il. Tous les deux ans sont projetés des films à la fois nord-coréens mais aussi étrangers avec des invités du monde entier. C'est ainsi que furent montrés dans la capitale à l'occasion de cet événement des films comme "La Marche de l'Empereur" ou bien encore "Shaolin Soccer".  C'est d'ailleurs grâce à ce festival que James Velaise, le responsable de Pretty Pictures, a pu prendre les contacts nécessaires afin de sortir le premier film nord-coréen en France : "Le journal d'une jeune nord-coréenne". Le festival est avant tout reservé aux professionnels et le grand public nord-coréen n'a jamais eu l'occasion de voir un film occidental jusqu'au 26 décembre 2010 où "Joue la comme Beckham" fut diffusé à la télévision ce qui a constitué une première et sans doute une petite révolution dans un pays aussi fermé.
gandahar
S'il y a néanmoins un domaine où la Corée du Nord arrive à s'ouvrir et même exporte ses productions c'est au niveau de l'animation avec notamment les fameux studios SEK (Science Educational Korea). De nombreux films d'animation ont été réalisés dans ces studios principalement en raison du faible coût de la main d'oeuvre mais aussi du fait de la qualité des différents animateurs y travaillant. Un des premiers projets français réalisé avec ce studio fut le superbe "Gandahar" de René Laloux sorti en 1988.  D'autres projets furent également réalisés là-bas comme la série animée "Corto Maltese". L'auteur québécois Guy Delisle a ainsi pu faire partager son expérience dans ce studio à travers la bande dessinée "PyongYang". Le studio permi aussi le temps d'un film de réunir les deux corées en 2005 avec "L'impératrice Chung" qui sorti à la même date dans l'ensemble de la péninsule coréenne.
chung
Au delà de ces co-productions, l'animation reste aussi un élément clef pour le cinéma et la télévision nord-coréenne où elle reprend un visage plus politique à l'image des films en prise de vue réelle.
A la fois sous-traitant mais aussi véritable acteur dans le monde de l'animation, la SEK cumule les casquettes mais est sans doute le visage le plus intéressant dans le domaine du film nord-coréen.

Finalement la Corée du Nord dévoilera sans doute l'ensemble de ses différentes réalisations cinématographiques le jour où le pays s'ouvrira véritablement. Pour le moment ce ne sont que quelques bribes qui parviennent jusqu'à chez nous mais qui nous permettent de voir  que le cinéma reste un élément culturel incontournable du pays à la fois en tant que divertissement mais aussi en tant que medium pour véhiculer l'idéologie en place.

Par Kochipan - Publié dans : Les dossiers Kochipan - Communauté : ASIA
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Asian Sounds

asiansounds

Kochipan Advertise

Kochipan advertise

Plumes

plume-copie-1.jpg

Partenaires

social

 

generikids.jpg

 

logo-mata-2.gif

 

hongfei

logo-nobinobi

WildSide-logo

vivrelejapon

200-40 ziyi

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés